Il y a 36 000, des hommes et des femmes créaient sur les parois de calcaire de la grotte Chauvet – Pont-d’Arc, située dans le sud de l’Ardèche, des œuvres uniques et bouleversantes figées pour l’éternité dans leur écrin de calcite et d’argile.

Cette immense cathédrale naturelle inviolée depuis plusieurs dizaines de millénaires, a été découverte le 18 décembre 1994 en Ardèche, à Vallon-Pont-d’Arc par 3 spéléologues amateurs, Jean Marie Chauvet, Éliette Brunel et Christian Hilaire.

L’UNESCO, en inscrivant la grotte au Patrimoine mondial de l’Humanité en juin 2014, a reconnu sa dimension unique et universelle. Ce joyau présente en effet 3 caractéristiques très rarement réunies : l’ancienneté, la qualité de la conservation et, la richesse et l’abondance des représentations artistiques : 1000 dessins dont 425 figures animales. Le bestiaire de la grotte avec 14 espèces différentes représentées, dont une majorité d’animaux dangereux (ours des cavernes, rhinocéros laineux, mammouths, félins…) est inédit avec certaines représentations uniques dans l’art pariétal paléolithique (panthère, hibou, partie inférieure du corps féminin).



Pour des raisons évidentes de conservation, la grotte ne pourra jamais être ouverte au public. En tant que Patrimoine mondial de l’Humanité le projet d’une restitution était indispensable.



A compter du 25 avril 2015, la plus grande réplique de grotte ornée au monde, la Caverne du Pont d’Arc, vous permet de découvrir ce premier chef d’œuvre de l’humanité.